CategoriesMode de vie

La lombalgie : Tout savoir sur ce mal moderne

Depuis quelque temps, vous avez mal dans le bas du dos, au niveau des lombaires… cela vous gêne constamment pendant la journée, vous ne savez pas comment vous tenir pour ne plus avoir mal, la douleur vous réveille même la nuit. Le diagnostic tombe : vous avez une lombalgie ! Aussi communément appelée tour de rein ou lumbago, la lombalgie est la maladie professionnelle numéro un en France. Maladie moderne par excellence, la lombalgie frappe chaque année des millions de personnes dans le monde occidental, du fait de son mode de vie sédentaire. Elle survient également chez les personnes dont le travail consiste à porter des objets lourds et à effectuer des mouvements répétitifs, notamment les manutentionnaires, les employés de la grande distribution, les livreurs et les déménageurs. Mais, qu’est-ce que la lombalgie exactement ? Et, comment la traiter ? C’est ce que nous allons examiner dans l’article suivant.

La lombalgie, quésaco ?

La lombalgie, ou lumbago, est une affection courante qui touche une grande partie du corps : les muscles, les nerfs et les os du bas du dos. Elle est caractérisée par des douleurs intenses dans le bas du dos, ainsi qu’une sensation de blocage et des difficultés à effectuer certains mouvements. Le lumbago affecte les personnes de tous âges, mais il est plus fréquent passé l’âge de quarante ans. En France, cette maladie affecte un travailleur sur quatre à un moment de sa vie, soit à la suite d’un accident du travail, d’une mauvaise posture ou du fait de mouvements répétitifs. La lombalgie est, depuis quelques années, considérée comme un problème de santé publique majeur en France, car elle représente une cause considérable d’absentéisme et d’invalidité : En effet, la lombalgie entrainerait un arrêt de travail de plus de six mois dans plus de 7 % des cas, à tel point que son coût annuel à l’Assurance Maladie est estimé à 1,4 milliard d’euros. Le lumbago n’est généralement pas une affection grave, mais il peut être extrêmement douloureux. De nombreuses personnes passent leur vie à en souffrir, résultat d’années de mauvaises postures et de mouvements répétitifs.

Comment savoir si vous devez aller chez le médecin ?

Il est recommandé de consulter votre médecin dès l’apparition des premiers symptômes si vous ne voulez pas vous retrouver avec des douleurs persistantes, ces dernières étant beaucoup plus difficiles à traiter. Bien qu’on préconise traditionnellement aux personnes souffrant de mal de dos de rester au repos, ce conseil peut s’avérer inefficace si vos douleurs sont liées à une faiblesse musculaire ou une position assise prolongée. Vous pouvez consulter votre médecin généraliste pour une lombalgie commune, 90 % des cas ne nécessitant pas d’intervention lourde. On parlera de lombalgie « subaigüe » si vos douleurs persistent plus de six semaines, puis de lombalgie « chronique » au-delà de douze semaines. Dans ce cas, votre médecin généraliste pourra vous prescrire des séances de kinésithérapie afin de renforcer les muscles de votre dos et vous apprendre à réadapter votre posture. Il pourra également vous prescrire des examens d’imagerie médicale afin d’évaluer l’état de vos vertèbres et de votre dos de manière générale, ou vous recommander une prise de rendez-vous avec un rhumatologue.

Comment soigner naturellement votre lumbago

Sans surprise, tous les spécialistes s’accordent sur le fait que la meilleure méthode de défense contre la lombalgie est la prévention : Le mal de dos aime l’immobilité, bougez plus ! La pratique d’une activité physique régulière, notamment un gainage abdominal et dorso-lombaire, vous permettra de développer plus facilement vos muscles et d’apprendre à maintenir une meilleure posture. Musculation, pilates, yoga, natation… quel que soit l’exercice que vous choisirez de pratiquer, n’hésitez plus : Votre dos vous en remerciera. Une étude sur le traitement de la lombalgie par la médiation pleine conscience (ou mindfulness) a également montré que la méditation était efficace pour traiter les patients souffrant de lombalgie chronique. Bien que la méditation ne permette pas de réduire la douleur en elle-même, elle peut aider les patients à se sentir moins gênés par la sensation de douleur. Elle peut également aider les patients à prendre conscience de certaines tensions physiques, puis à les relâcher. Si votre lombalgie est due à une position assise prolongée, cette dernière est également à proscrire autant que possible : utilisez un standing desk au travail, procurez-vous un fauteuil plus adapté, faites des pauses régulièrement pour vous étirer, privilégiez la marche, le vélo ou les transports en commun… Changer quelques comportements simples peut avoir un impact significatif sur votre santé. Les manutentionnaires qui soulèvent des charges lourdes au travail doivent savoir que les ceintures lombaires n’ont pas prouvé leur efficacité dans la prévention des lombalgies, et qu’il est préférable d’apprendre à soulever des objets en position dite “ergonomique”.

Les meilleurs antidouleurs pour traiter la lombalgie

Vous pouvez traiter votre lombalgie avec des médicaments et des exercices pour vous aider à reprendre vos activités normales. Il est cependant important de vous rappeler qu’un analgésique ne traite que le symptôme, et non la cause de la maladie. Seul un changement profond de votre mode de vie aura un effet permanent et permettra de prévenir les rechutes. Les médicaments énumérés ci-dessous ne sont donnés qu’à titre indicatif et doivent impérativement être prescrits par un médecin.

  • Le tramadol
Antidouleur le plus vendu de France, le tramadol est un médicament de la famille des opiacés. Bien qu’il ne soit pas un dérivé direct de la morphine, il agit sur les récepteurs du cerveau qui sont sensibles à cette molécule. Il permet donc de traiter la lombalgie en modifiant la perception de la douleur par le cerveau. Comme tous les antalgiques de niveau II, le tramadol crée une accoutumance et n’est disponible que sur ordonnance. Ainsi, depuis le 15 avril 2020, la durée maximale de sa prescription a été réduite à trois mois pour éviter tout risque d’addiction.

  • L’arthrotec
L’arthrotec est un analgésique contenant deux principes actifs : le diclofénac sodique et le misoprostol. Cette combinaison est généralement prescrite afin de réduire la douleur et les gonflements chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde et d’arthrose, mais son effet analgésique peut également traiter les douleurs causées par la lombalgie. Il est prescrit par boîtes de 30 à 60 comprimés de 50 ou 75 mg.

  • Le diclofénac
Le diclofénac (également connu en France sous le nom de Voltarène) est un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien régulièrement utilisé dans le traitement des douleurs articulaires, douleurs musculaires, règles douloureuses, fièvres, migraines, arthrose… C’est l’anti-inflammatoire le plus prescrit au monde. En bloquant la synthèse des prostaglandines, il permet de soulager la fièvre, la douleur et l’inflammation. Il peut être prescrit sous forme de comprimés ou de gel.

  • La codéine
La codéine est l’un des alcaloïdes présents dans les graines de pavot. Elle est utilisée pour traiter les douleurs légères à modérées et supprimer la toux. Le phosphate de codéine, transformé en morphine dans le foie, bloque ou réduit la sensation de douleur, entrainant ainsi une réduction ou une disparition des symptômes douloureux. La codéine est généralement vendue sous boîtes de 30 à 90 comprimés de 10 à 20 mg. Comme les autres opiacés, la codéine peut entraîner une dépendance, voire une overdose si elle est utilisée fréquemment ou en grande quantité. Son utilisation sans la supervision d’un médecin est strictement déconseillée.

  • La combinaison Paracétamol/Codéine
Ce médicament, également connu sous le nom de Dafalgan Codéine, contient comme son nom l’indique, deux antalgiques. Le paracétamol, communément utilisé pour faire baisser la douleur et la fièvre, et la codéine. Ces substances agissent ensemble pour bloquer la sensation de douleur dans l’organisme. Paracétamol/Codéine est fréquemment prescrit lorsque les autres antalgiques ne sont pas assez puissants pour soulager la douleur à eux seuls.

Les solutions existent : ne souffrez pas en silence

À l’issue de cet article, vous devriez avoir une meilleure compréhension des causes de la lombalgie et des mesures à prendre pour la vaincre. Trouver une solution durable pour éradiquer le mal de dos n’est pas chose aisée, mais vous ne devez pas à y faire face seul. Des solutions existent pour vous aider à gérer la douleur ou vous en débarrasser complètement. Votre médecin peut vous aider, ainsi que les spécialistes du mal de dos et les physiothérapeutes. Votre objectif à long terme est de trouver une solution au lumbago pour que vous puissiez reprendre une vie normale.

Soyez prudent en associant différents traitements

Vous suivez déjà un traitement ? Si oui, consultez toujours un médecin avant de prendre d’autres médicaments. N’associez jamais les opiacés. Ces médicaments contiennent des principes actifs similaires et ne peuvent donc pas être utilisés simultanément.
CategoriesMST / IST

La Chlamydia : Symptômes et traitement

Qu’est-ce que la chlamydia ?

La chlamydia est une IST (infection sexuellement transmissible) causée par la bactérie chlamydia trachomatis. Cette bactérie s’installe au niveau des muqueuses des organes génitaux, ce qui peut provoquer une inflammation. La chlamydia est hautement contagieuse. Comme on peut être atteint de la maladie sans s’en rendre compte, elle se propage facilement. Les rapports sexuels protégés sont donc toujours le bon choix, même si vous vous sentez en parfaite santé.

Quels sont les symptômes de la chlamydia ?

  Les personnes atteintes de chlamydia ne sont pas toutes symptomatiques. Mais cette maladie peut donner lieu à des symptômes, qui peuvent apparaître de 1 à 3 semaines après l’infection. Une fois le diagnostic de chlamydia posé, il est important de prévenir les personnes avec lesquelles vous avez eu des rapports sexuels non protégés. Elles peuvent aussi avoir la maladie sans le savoir. La chlamydia présente un certain nombre de symptômes manifestes. Ces symptômes sont différents pour les hommes et les femmes.

Symptômes de la chlamydia chez l’homme

  Chez l’homme, la chlamydia peut provoquer un écoulement (purulent, liquide ou laiteux) au niveau du pénis, qui se remarque surtout le matin – on l’appelle aussi ‘goutte du matin’. Cela peut s’accompagner d’une sensation de douleur ou de brûlure lors de la miction et d’une douleur dans le scrotum. Si la chlamydia se trouve dans l’anus, elle peut provoquer des démangeaisons. Vous pouvez également ressentir une douleur lorsque vous allez à la selle. Enfin, vous pouvez avoir de la fièvre.   Une infection à Chlamydia non traitée chez l’homme peut entraîner des symptômes plus graves, comme une inflammation de la prostate ou de l’épididyme. Une épididymite provoque le gonflement de l’épididyme associé à une douleur intense. À terme, cette IST peut conduire à l’infertilité.

Symptômes de la chlamydia chez la femme

  Comme pour les hommes, la chlamydia se traduit par une sensation de douleur ou de brûlure lors de la miction et provoque des pertes vaginales plus abondantes ou d’aspect anormal. Chez la femme également, la chlamydia peut donner de la fièvre. Lors des rapports sexuels, la patiente peut ressentir des douleurs et avoir des pertes de sang. Une douleur dans le bas-ventre peut également indiquer la présence de chlamydia. Tout comme pour les hommes, la chlamydia peut aussi se retrouver dans l’anus des femmes. Ici, les bactéries provoquent des démangeaisons et des douleurs pendant la défécation.   Lorsque vous remarquez des symptômes de la chlamydia, il est important de commencer rapidement un traitement. Si la chlamydia n’est pas traitée, la maladie peut donner lieu à une inflammation pelvienne (Pelvic inflammatory disease ou PID), une grossesse extra-utérine, voire l’infertilité.

Comment traiter la chlamydia ?

Heureusement, la chlamydia se traite efficacement avec des antibiotiques.

Zithromax

Le Zithromax est un antibiotique fabriqué par la célèbre société pharmaceutique Pfizer. Il est largement utilisé pour traiter les infections bactériennes, notamment les maladies sexuellement transmissibles telles que la chlamydia et la gonorrhée. Le médicament est disponible sous forme de comprimé ou de suspension. Le principe actif est l’azithromycine. Cette substance inhibe la croissance des bactéries.   Dans la plupart des cas, une cure de Zithromax dure entre un et cinq jours, et l’effet se manifeste déjà après quelques heures. Si les symptômes disparaissent rapidement, on peut être tenté d’arrêter la cure antibiotique. Pourtant, il est important de terminer la cure comme prescrit, afin d’éliminer toute bactérie restante et pour éviter les résistances antibiotiques.   Pendant la cure antibiotique, vous pouvez remarquer que votre audition et votre vision sont temporairement affectées. Des insomnies, des vertiges et un manque de souffle peuvent également être observés. Bien que désagréables, ces effets secondaires sont temporaires et ne vous affecteront pas de façon permanente.   Dans de rares cas, le Zithromax peut provoquer une éruption cutanée. Comme cela peut indiquer une hypersensibilité au principe actif, dans ces cas, il est fortement recommandé de consulter le médecin.   Attention: Ce produit est contre-indiqué si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Consultez votre médecin généraliste.

Azithromycine

Quand le brevet de Pfizer sur le Zithromax a expiré, d’autres fabricants ont alors été autorisés à commercialiser le principe actif du Zithromax. L’azithromycine est la version générique du Zithromax. En d’autres termes, il s’agit du même médicament, mais sans nom de marque. L’effet et l’efficacité de l’Azithromycine sont donc plus ou moins les mêmes que ceux du Zithromax. Cependant, le dosage peut légèrement varier. Respectez bien le traitement prescrit et terminez la cure dans son intégralité. La sécurité du traitement par l’azithromycine est assurée. Les effets secondaires sont rares et, dans la plupart des cas, inoffensifs. Ce médicament peut entraîner une perte auditive temporaire et provoquer des vertiges, des maux de tête et des nausées. Vous pouvez aussi avoir la diarrhée. Dans certains cas, un rash cutané peut apparaître. Cela peut indiquer une hypersensibilité à l’antibiotique et doit être discuté avec le médecin. Attention: Ce produit est contre-indiqué si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Consultez votre médecin généraliste.

Doxycycline

  La doxycycline est un autre antibiotique efficace contre de nombreuses infections bactériennes, dont la chlamydia. Ce médicament est disponible sous différentes formes : comprimé à avaler, comprimé effervescent et dans certains cas, la doxycycline est injectée en intramusculaire par une infirmière ou un médecin. La doxycycline se trouve dans les médicaments suivants : Doxy disp, Vibramycin, doxycycline et Efracea.   Attention: Ce produit est contre-indiqué si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Consultez votre médecin généraliste.   La chlamydia est une maladie désagréable, qui peut avoir des conséquences redoutables. Heureusement, elle est facile à traiter. Mais n’attendez pas trop longtemps et agissez sans tarder !
CategoriesPieds

Mycose des ongles ou mycose unguéale: un inconfort facilement traitable

Il est fort probable que vous ayez déjà vu une mycose (ou infection fongique) des ongles. La plupart des gens en souffrent à un moment ou à un autre. Certaines études estiment qu’environ 5% de la population souffre d’une mycose des ongles à un moment donné. Bien qu’il s’agisse d’une affection courante, elle suscite un sentiment de gêne chez la plupart des patients.

La mycose des ongles, c’est quoi ?

Un autre terme plus ‘medical’ pour l’infection fongique des ongles est l’onychomycose. Cependant, la plupart des praticiens médicaux parlent d’une mycose des ongles.   Les ongles atteints d’une infection fongique sont moches. La mycose se manifeste d’abord par un changement de couleur (blanc-jaune, vert ou brun) au bout de l’ongle et s’étend lentement à l’ensemble de l’ongle. Avec le temps, l’ongle devient épais, rugueux et se casse facilement. Prenez soin de vos pieds La bonne nouvelle est qu’une mycose des ongles est assez anodine.  Le problème de l’onychomycose est surtout d’ordre esthétique, même s’il peut être source d’inconfort. L’ongle peut devenir tellement épais que porter des chaussures devient douloureux. L’ongle peut également se casser ou même se détacher complètement.

Qu’est-ce que la mycose des ongles n’est pas ?

Les ongles atteints de mycose peuvent ressembler à des ongles atteints de psoriasis. Mais ce n’est pas pareil. Visuellement, on peut faire la différence car le psoriasis unguéal se manifeste non seulement par une coloration, une rugosité et une fragilité des ongles, mais aussi par la présence de petites dépressions sur la surface de l’ongle, aussi appelées ‘dés à coudre’.

Agissez rapidement

  Plus tôt vous reconnaissez l’apparition d’une mycose des ongles, mieux c’est. On peut identifier une infection fongique par la décoloration du bord libre de l’ongle. Plus tôt vous commencerez à le traiter, plus vite le problème sera résolu. N’attendez donc pas trop longtemps et agissez sans tarder.

Quelle est la cause d’une mycose des ongles ?

  L’onychomycose est en fait le résultat d’une mycose ou encore infection fongique. Il s’agit du même type de mycose que celle du pied d’athlète (ou mycose des pieds), à savoir les dermatophytes. Il n’est donc pas surprenant que la plupart des cas d’onychomycose touchent les orteils. Néanmoins, les ongles des doigts peuvent également être infectés par une mycose des ongles.   Bien que tout le monde puisse être atteint d’une mycose des ongles, certains groupes sont plus à risque :  
  • Les patients diabétiques
La mycose des ongles est beaucoup plus fréquente chez les diabétiques que dans la population générale.
  • Les personnes âgées
Plus on vieillit, plus les ongles perdent leur élasticité. Ceci entraîne des ongles plus fragiles qui se cassent plus facilement, ce qui augmente le risque d’infection. Selon certaines études, 50% des personnes âgées de plus de 70 ans souffrent d’une mycose des ongles.
  • Les patients immunodéprimés

Est-ce qu’une mycose des ongles est contagieuse ?

  La mycose des ongles est causée par le même champignon que celui qui est à l’origine du pied d’athlète (tinea pedis) ou la dermatomycose du pied. Par conséquent, elle est aussi contagieuse que la mycose du pied. On peut contaminer d’autres personnes avec le champignon lorsque celles-ci entrent en contact avec des squames infectées. Surtout dans la salle de bains, la douche ou les piscines, le risque de transmission de la mycose est important.   Mais pour vous aussi, une mycose des ongles est hautement contagieuse. Si vous touchez un ongle ou un orteil infecté, l’infection fongique peut facilement se propager aux ongles de vos doigts. À partir de là, la mycose peut se transmettre à vos autres ongles. Évitez donc de vous gratter l’ongle, comme cela ne fait qu’aggraver le problème.

Comment prévenir la mycose des ongles ?

Il est impossible de prévenir à 100% la mycose ou l’infection fongique des ongles, mais il existe certaines mesures à prendre pour réduire les risques d’infection. Le principal conseil – et le plus simple – est d’éviter de marcher pieds nus dans les zones humides. Les piscines et les douches des clubs de sport sont des endroits propices aux mycoses des pieds. Portez des chaussons pour minimiser les chances de contamination. Les champignons prospèrent dans les environnements chauds et humides. Cela dit, vous connaîtrez sûrement quelques moyens de limiter les risques d’infection.

Prenez soin de vos pieds

Pour éviter un environnement trop humide, séchez-vous soigneusement les pieds après la douche. Si vos pieds transpirent beaucoup pendant la journée, il est utile de vous laver les pieds et de changer de chaussettes au milieu de la journée. Si vos chaussettes sont mouillées, changez-les immédiatement. Optez pour des chaussettes faites d’un matériau naturel qui absorbe bien l’humidité, comme les chaussettes en coton ou en laine. Ne portez pas de chaussettes en matières synthétiques, comme on transpire plus vite dans celles-ci, créant un terrain propice aux mycoses. Par ailleurs, faites attention à ce que vous portez comme chaussures. S’agit-il de chaussures respectueuses de la santé de vos pieds ? Les champignons adorent les chaussures serrées et peu ventilées. Optez donc pour des chaussures adaptées au niveau de la taille et laissez à vos pieds l’espace dont ils ont besoin. Choisissez des chaussures qui respirent bien. De bonnes chaussures aident non seulement à prévenir les mycoses, mais sont aussi beaucoup plus confortables et meilleures pour la santé en général.

Protégez son immunité

  On retrouve en permanence des champignons sur notre peau. Mais ceci ne donne en général pas lieu à une infection. Notre système immunitaire est en principe parfaitement capable de prévenir les infections. Et pourtant, nous sommes parfois atteints d’une infection fongique. C’est le cas lorsque notre résistance naturelle est réduite, que la quantité de champignons est supérieure à la normale, ou lorsque ces deux facteurs sont combinés.   Des facteurs externes tels que le stress, une mauvaise circulation sanguine et le manque de sommeil peuvent fragiliser notre système immunitaire. Des comorbidités comme le diabète et le psoriasis peuvent aussi contribuer à la prolifération des mycoses.   C’est important de maintenir ses défenses naturelles dans les limites de la normale. Non seulement pour éviter les infections fongiques, mais pour votre santé en général. Dormez suffisamment et ne vous couchez pas trop tard. Les médecins recommandent 8 heures de sommeil par nuit. Commencez à vous préparer pour aller au lit une heure à l’avance. Éteignez la télévision, mettez votre smartphone de côté et faites-vous un thé ou une tisane détente. Si vous souffrez d’insomnie, un remède à base de mélatonine peut vous aider à retrouver un rythme de sommeil plus équilibré.   Une alimentation saine peut également contribuer à prévenir les infections fongiques. Mangez beaucoup de fruits et de légumes, limitez votre consommation d’alcool et de café. La prise d’une multi-vitamine peut également contribuer à renforcer l’immunité de base.

Traitement de la mycose des ongles

L’onychomycose est facile à traiter. Il existe principalement deux lignées de traitement contre les mycoses des ongles.

Traitement local de l’onychomycose

  Une mycose des ongles débutante peut être soignée en applicant un produit au niveau de l’ongle. Des agents tels que Nailner peuvent être efficaces dans les cas bénins. On peut également utiliser les produits à application locale à titre préventif. Les fongicides à usage topique peuvent être achetés en pharmacie, sans prescription.   Le traitement local présente deux grands inconvénients. Tout d’abord, en appliquant le produit, vous risquez de rater un morceau d’ongle infecté. Cela rend le traitement moins efficace.   L’autre désavantage est nettement plus important: en application locale, le traitement agit sur la surface de l’ongle. Souvent, ces remèdes ne réussissent pas à pénétrer complètement dans l’ongle. Ceci fait que la majorité des mycoses affectant vos ongles ne sont pas traitées.  

Traitement anti-mycotique au laser

  Certains patients ont recours à un traitement au laser pour lutter contre l’onychomycose. Il s’agit d’un traitement relativement nouveau qui vient des États-Unis. Même après un traitement au laser, vous devez utiliser un médicament anti-fongique par voie orale/systémique ou par voie externe. L’efficacité du traitement au laser contre la mycose des ongles n’a pas été scientifiquement prouvée.

Traitement systémique de la mycose des ongles

Si l’infection fongique de l’ongle est plus évoluée, la plupart des mycoses se trouvent sous l’ongle, où elles sont inaccessibles aux produits locaux. Dans ces cas, un médicament oral contre la mycose peut apporter une solution.   Des médicaments antifongiques efficaces permettent de lutter contre le champignon à l’origine du problème. Ces médicaments sont appelés antimycotiques.   Les antimycotiques sont très efficaces pour traiter la mycose responsable des symptômes. Cependant, ils laissent l’ongle lui-même intact et ce dernier doit se réparer lui-même. Il est important de savoir que les ongles poussent très lentement. Même si l’ongle est totalement débarrassé du champignon, il aura toujours l’air affecté. Par conséquent, cela peut prendre beaucoup de temps avant de voir un effet au niveau de l’ongle. Guérir ses ongles d’une mycose est donc un travail de longue haleine.

Lamisil

Lamisil est un médicament antifongique sous forme de comprimés, prescrit dans le traitement de l’onychomycose. Le principe actif de ce médicament est la terbinafine, qui inhibe la production d’ergostérol au sein des cellules fongiques. L’ergostérol est un élément essentiel à leur survie. Le Lamisil empêche la prolifération des cellules fongiques. En prenant un comprimé par jour, le principe actif du Lamisil est diffusé dans tout le corps par voie systémique. Ceci fait que le produit est efficace sur toute la zone où la mycose s’est logée.   Outre le traitement des mycoses des ongles et du pied d’athlète, le Lamisil peut également être utilisé pour traiter les infections à Candida.

Terbinafine

La terbinafine est également très efficace contre les infections fongiques. La terbinafine est, outre son nom de marque, le principe actif de ce médicament. Cette substance a pour effet d’empêcher les cellules fongiques de produire de l’ergostérol. En éliminant cet élément essentiel pour le champignon, il empêche la prolifération des cellules fongiques au niveau des pieds et sous l’ongle. Les cellules existantes du champignon meurent.
CategoriesSexualité

La dysfonction érectile: trouble ennuyeux, mais en général traitable !

Les troubles de l’érection: ils font partie des scénarios catastrophes pour beaucoup d’hommes. En cas de dysfonction érectile, le pénis ne devient pas assez rigide, ou l’érection se relâche. Si cela vous arrive de temps en temps, il n’y a pas lieu de s’inquiéter; chaque homme perd son érection occasionnellement. Cependant, les hommes n’en parlent presque jamais, ce qui peut donner l’impression que vous êtes le seul à éprouver ces difficultés et peut vous faire ressentir de la honte. Lorsque la perte d’érection est fréquente, elle peut devenir gênante. Les problèmes d’érection peuvent peser lourdement sur votre vie amoureuse, car il devient difficile d’avoir des relations sexuelles satisfaisantes. Cela peut également être source de sentiments d’insécurité pour l’homme et la femme. En tant qu’homme, on peut douter qu’on soit assez « viril », la partenaire peut se demander si elle est encore assez belle ou séduisante.

Qu’est-ce que la dysfonction érectile ?

Une érection se produit lorsque le sang est pompé vers le pénis. Dans le pénis, le sang remplit les corps caverneux, ce qui rend le pénis plus rigide et plus dur. En cas de dysfonction érectile (DE), le pénis ne devient pas suffisamment rigide. Cela rend la pénétration plus difficile, ce qui peut faire obstacle au jeu sexuel. On parle parfois d' »impuissance », un terme qui n’est pas tout à fait correct, car la DE n’affecte pas la capacité à atteindre l’orgasme. Elle ne réduit pas non plus la fertilité.

Quelles sont les causes de la dysfonction érectile ?

Les troubles de l’érection peuvent avoir des causes tant physiques que psychologiques.

Alcool, drogues & tabac

L’utilisation de stimulants peut entraîner des difficultés à obtenir une érection et ce pour différentes raisons. Les fumeurs sont quatre fois plus susceptibles d’avoir une dysfonction érectile que les non-fumeurs.

Age

Le risque de présenter une dysfonction érectile augmente avec l’âge.

La prise de médicaments

Les troubles de l’érection sont parfois un effet secondaire de certains médicaments.

Le diabète et les maladies métaboliques

  Les maladies métaboliques et le diabète peuvent provoquer une dysfonction érectile car ils affectent le fonctionnement des nerfs et des vaisseaux sanguins.

Obésité

Le surpoids a un effet considérable sur votre (abilité d’avoir une) érection. Des recherches montrent que les hommes dont l’IMC est supérieur à 30 sont quatre fois plus susceptibles d’avoir une DE. Si vous êtes obèse et que vous fumez, le risque augmente même de seize fois.

Obstruction des vaisseaux sanguins

  Une érection est le résultat de l’apport de sang au pénis. Si les vaisseaux sanguins sont bouchés, par exemple à cause d’une athérosclérose (un durcissement des artères causés par des dépôts de cholestérol ou ‘plaque’), le sang n’arrive pas jusqu’au pénis et celui-ci ne devient pas aussi rigide qu’avant.

Causes psychologiques

  Les troubles de l’érection peuvent avoir de nombreuses causes psychologiques. La dépression, un traumatisme sexuel vécu dans le passé, le comportement de votre partenaire sexuel(le), des problèmes de couple ou la peur de l’engagement peuvent tous avoir un effet négatif sur les performances au lit. Parfois, lorsqu’un changement radical ou un événement dramatique survient dans la vie de l’homme, la vie sexuelle est mise de côté pendant un certain temps. Le manque de confiance en soi et l’anxiété de performance sont souvent cités comme des causes de perte d’érection. Cela est dû en grande partie à toutes sortes de croyances que la société impose aux hommes :
  • Un homme doit toujours « avoir envie » et être prêt à passer à l’acte ;
  • La relation sexuelle est une question de performance, il faut être « bon au lit » ;
  • Le rapport sexuel n’est pas réussi s’il n’y a pas eu d’orgasme.
Lorsque la DE se manifeste pour la première fois, ces croyances peuvent exercer une pression sur le jeu amoureux. En particulier, si la femme réagit de manière désagréable aux troubles de l’érection ou se demande à voix haute si elle est encore suffisamment attirante – un stress supplémentaire peut s’ajouter. Un cercle vicieux peut alors s’installer chez l’homme, car ce stress ne fait que renforcer la difficulté à obtenir une érection. C’est ainsi qu’une DE peut devenir chronique.

Traitement de la dysfonction érectile

La DE est souvent une source de détresse mentale et émotionnelle cachée. De nombreux hommes ont honte lorsqu’ils ont du mal à avoir ou maintenir une érection. Cela peut les empêcher d’en parler ou de demander de l’aide, par exemple en consultant leur médecin de famille. C’est bien dommage, car il existe de très bons traitements pour les problèmes d’érection.

La sensibilisation

Une bonne éducation et les bonnes informations contribuent déjà grandement. Se rendre compte qu’une perte de rigidité arrive à tous les hommes peut parfois déjà régler en partie le problème. Des conseils sur une bonne hygiène de vie sont également très utiles.

La psychothérapie

  Si la DE est causée par certaines croyances, un trauma émotionnel ou d’autres causes psychologiques, la psychothérapie peut s’avérer nécessaire. Cela permet souvent de se concentrer sur la cause sous-jacente. En travaillant sur et en éliminant cette cause psychologique, les troubles de l’érection finiront aussi par disparaître.

Les traitements mécaniques

Certains hommes ont recours à une pompe à vide. En plaçant le pénis dans ce système sous vide, le sang circule dans le pénis. Un anneau à la base du pénis empêche ensuite le sang de refluer. Une étape suivante (une option de troisième ligne) est la prothèse pénienne ou l’implant pénien. Il s’agit d’un petit appareil, gonflable à l’aide d’une petite pompe.

Traitement médicamenteux  pour la DE

Les traitements mécaniques sont peu pratiques et peuvent être un peu encombrants. De plus, ils ne sont pas nécessaires. Il existe de très bons traitements médicamenteux qui aident à obtenir une érection. Le Viagra est évidemment le plus connu parmi les médicaments, mais les possibilités pharmacologiques ne s’arrêtent pas là !

Procurez-vous uniquement des médicaments contre la DE auprès d’une source fiable

 Vous les connaissez sans doute: ces courriels proposant des pilules d’érection, avec souvent un nom du médicament orthographié bizarrement. Ne répondez pas à ce type de spam qui prétend pouvoir vous soulager de vos problèmes d’érection. En ligne, on peut trouver du Viagra et du Cialis, souvent proposés à des prix plancher. Toutefois, la qualité de ces médicaments ne peut être contrôlée ou garantie. Ces pilules peuvent même être nocives. Procurez-vous les médicaments contre la DE dans votre propre pharmacie ou dans des points de vente en ligne comme Medpharmacie.net, qui fournissent les médicaments sur ordonnance uniquement.

Les injections pour traiter la dysfonction érectile

Le recours aux injections pour traiter la DE est efficace, à condition que l’injection soit effectuée correctement. Par contre, une injection réalisée de manière incorrecte peut avoir des conséquences désagréables. Nous vous conseillons vivement de parler à votre médecin généraliste lorsque vous envisagez des injections. Votre médecin traitant peut en effet vous apprendre à administrer correctement l’injection.

Caverject

Le médicament Caverject est une solution injectable qui doit être injectée à la base du pénis pour le traitement de la DE. Lorsqu’il est injecté correctement, le Caverject agit dans les 5 minutes. Le Caverject contient de l’alprostadil. Ce principe actif est similaire à la prostaglandine E1, une hormone qui aide à dilater les vaisseaux sanguins. Caverject vous aide à obtenir une érection rigide lors de l’excitation sexuelle, qui peut durer plus de 45 minutes.

Invicorp

L’Invicorp est une injection qui combine deux principes actifs. La phentolamine aide à dilater les vaisseaux sanguins pour que davantage de sang puisse atteindre le pénis. Le VIP (vasoactive intestinal polypeptide) permet à son tour de retenir le sang plus longtemps dans le pénis. Ensemble, ces substances permettent une érection plus forte et durable.

Alprostadil/Muse

Alprostadil/Muse n’est prescrit par la plupart des médecins que en cas de résistance aux autres traitements. Le médicament contient une hormone (synthétique) qui augmente le flux sanguin vers le pénis. Il peut être administré par injection ou par insertion d’une petite granule au niveau de l’uretère. Alprostadil/Muse fait effet dans les 5 à 10 minutes.

Les crèmes pour traiter la dysfonction érectile

Le Vitaros est similaire au Muse: les deux contiennent le même principe actif, qui est l’alprostadil. L’effet est à peu près le même, mais alors que le Muse consiste à insérer une petite granule au niveau de l’urètre, le Vitaros se présente sous la forme d’une crème que l’on applique sur l’ouverture du gland avant le rapport sexuel.

Les médicaments pour traiter la dysfonction érectile

Les pilules d’érection sont un traitement facile et sûr pour la dysfonction érectile.

Viagra

Le Viagra est le comprimé le plus célèbre dans le traitement de la DE. Lors de la phase de stimulation sexuelle, le corps libère des substances qui provoquent la dilatation des vaisseaux sanguins. Le Viagra fait en sorte que ces substances soient présentes dans le corps plus longtemps, de sorte que le flux sanguin vers le pénis soit plus important. La pilule bleue agit de façon rapide et est efficace. Lorsque vous êtes sexuellement excité, le Viagra vous aide à obtenir une érection rigide. L’effet du Viagra se produit dans la demi-heure et dure généralement quelques heures.

Cialis

Le Cialis améliore également le flux sanguin vers le pénis d’une manière similaire à celle du Viagra. Ce médicament est disponible sous deux formes: la pilule du week-end, qui agit dans les 30 minutes suivant sa prise et avec un effet qui dure jusque 36 heures ou la pilule de Cialis sous forme de dose quotidienne, à prendre tous les jours à une heure fixe. La pilule quotidienne garantit que l’excitation sexuelle entraîne une érection, tandis que pour la pilule du week-end, il faut penser à la prendre à temps. Avec la pilule quotidienne de Cialis, vous retrouverez la spontanéité dans votre vie sexuelle.

Levitra

Le Levitra inhibe la PDE-5. La PDE-5 provoque une contraction des vaisseaux sanguins du pénis. En inhibant cette substance, les vaisseaux sanguins restent plus dilatés et le débit du flux sanguin est meilleur. Le Levitra agit après environ 30 minutes et reste efficace pendant environ 5 heures.

Quelle est la meilleure pilule d’érection ?

Outre les pilules d’érection mentionnées ci-dessus, il existe de nombreuses autres médicaments pour lutter contre la DE. Le Sildénafil, le Vardénafil, le Spedra, le Tadalafil: ce sont tous des médicaments qui vous promettent des résultats rapides et efficaces pour plus de plaisir entre les draps. Medpharmacie.net ne fournit pas tous les types, mais un grand nombre de ces médicaments. Mais quelle pilule est la plus appropriée pour traiter votre DE ? Cela varie pour chacun, car chaque médicament est légèrement différent. Une personne ne jure que par un médicament, une autre peut bénéficier davantage d’une autre marque. Il est donc conseillé d’essayer différentes pilules d’érection pour voir celle qui vous convient le mieux. Cependant, ce serait dommage de devoir acheter une grande quantité de chaque pilule en même temps. C’est pourquoi Medpharmacie.net vous propose un pack d’échantillons de différentes pilules d’érection. Il est proposé à un prix abordable et contient différentes pilules d’érection afin que vous puissiez tester et juger laquelle vous donne les meilleurs résultats.
CategoriesSurpoids et obésité

Objectif : un indice de masse corporelle (IMC) sain

L’indice de masse corporelle (IMC) est un chiffre qui vous indique dans quelle mesure vous avez un poids santé. L’IMC peut être calculé pour la plupart des hommes et des femmes, mais aussi pour les enfants de plus de 2 ans.

Qu’est-ce que l’IMC sain ?

Le tableau ci-dessous précise la signification des différentes valeurs de l’IMC.
  • IMC inférieur à 18,5 : Insuffisance pondérale
  • IMC entre 18,5 et 24,9 : Poids santé
  • IMC entre 25 et 29,9 : Surcharge pondérale
  • IMC entre 30 et 24,9 Obésité
  • IMC supérieur à 34 : Obésité morbide
Des valeurs différentes s’appliquent aux adultes d’origine sud-asiatique ou d’Afrique subsaharienne. Pour eux, le seuil à partir duquel on parle de surpoids n’est pas de 25, mais de 23. La même chose pourrait s’appliquer aux personnes d’origine nord-africaine, hindoue et créole.

Comment calculer l’indice de masse corporelle (IMC) ?

Pour calculer son IMC, il faut diviser son poids par sa taille au carré. Pour illustrer cela, calculons l’IMC d’un homme qui mesure 1,80 mètre et pèse 82 kilogrammes. Poids corporel : 82 kilos Longueur : 1,8 m Taille au carré : 1,8 x 1,8 = 3,24 IMC = poids corporel / taille au carré = 82 / 3,24 = 25,3 Cet homme a un IMC de 25,3. Cela fait plus de 25, donc on parle de surpoids.

Un IMC élevé ? Mesurez le périmètre abdominal

Lorsque votre IMC est supérieur à 25, il est conseillé de mesurer en plus la taille du ventre. Pour ce faire, mettez-vous debout et placez un mètre ruban au niveau de votre taille. Lorsque votre tour de ventre ou périmètre abdominal est supérieur à 88 centimètres (pour les femmes) ou 102 centimètres (pour les hommes), une grande partie de votre graisse corporelle est située autour de l’abdomen. Ceci augmente le risque de maladies cardiovasculaires. Il est temps de perdre du poids !

Que faire en cas d’IMC trop élevé ?

Aussi bien un IMC trop élevé qu’un IMC trop faible sont néfastes pour la santé. C’est pourquoi il est important de prendre des mesures dans les deux cas pour retrouver une corpulence normale et un poids sain. Comme la surcharge pondérale est beaucoup plus fréquente dans notre pays que l’insuffisance pondérale, nous nous concentrons désormais sur la réduction de l’IMC.

Manger moins, bouger plus

La principale raison d’un IMC trop élevé est le manque d’exercice et une alimentation trop riche et non-équilibrée. De nombreux Français ont une profession sédentaire. Le premier pas vers un IMC équilibré est de changer ses habitudes.Essayez d’incorporer plus d’exercice dans votre quotidien, par exemple en marchant plus souvent vers ce collègue, au lieu de lui envoyer un e-mail. Ou alors prenez les escaliers plutôt que l’ascenseur et ne passez pas vos pauses assis au réfectoire, mais faites plutôt une promenade avec les collègues. Essayez de faire du sport quelques fois par semaine! Il est aussi utile de surveiller son alimentation. Mangez davantage de fruits et de légumes et mangez de plus petites portions de viande, de pommes de terre et de graisse. Et le fast-food,il vaut mieux l’éviter tout court …

Besoin d’aide pour atteindre un IMC sain ?

En faisant plus d’exercice et en mangeant mieux, vous serez déjà sur la bonne voie pour atteindre un poids santé. Mais parfois, cela ne suffit pas. Heureusement, il existe un certain nombre d’outils qui peuvent vous aider à atteindre plus rapidement un IMC plus sain.

Moins de faim grâce auSaxenda

Le Saxenda est un médicament que l’on prescrit à partir d’un IMC de 30, ou lorsque l’IMC se trouve entre 27 et 30 et que la personne présente d’autres problèmes de santé en lien avec l’obesité. Le Saxenda doit être injecté en sous-cutané au niveau de la face antérieure de l’abdomen, des cuisses ou du haut des bras. Cette injection, il faut le faire soi-même, ce qui peut faire peur à certaines personnes. L’effet thérapeutique du Saxenda repose sur le liraglutide, un principe actif comparable au GLP-1. Le GLP-1 est une hormone naturelle produite au niveau des intestins après le repas,signalant au cerveau que vous avez mangé suffisamment. Le Saxenda réduit donc la sensation de faim et ainsi, vous mangez moins.

Moins d’absorption de graisse grâce à Xenical

Le Xenical bloque l’absorption des graisses au niveau du système digestif. Quand vous prenez du Xenical, votre corps absorbe environ un tiers de graisse en moins que la normale. Ceci est dû au fait que le Xenical se lie aux enzymes digestives qui s’occupent de l’absorption des graisses. Normalement, ces enzymes permettent de dégrader et digérer les graisses, mais comme elles sont maintenant bloquées, les graisses non-digérées quittent le corps par les selles. Le Xenical est une capsule à prendre lors de chaque repas. On peut la prendre juste avant le repas, mais aussi pendant le repas, ou dans l’heure qui suit le repas. Il faut prendre le Xenical avec beaucoup d’eau. Bien entendu, prendre du Xenicalne vous donne pas carte blanche pour (continuer à) suivre un régime alimentaire non-équilibré et riche en graisses. Le Xenical doit être utilisé en combinaison avec une alimentation plus saine et de l’activité physique (plus) régulière. Le Xenical est par ailleurs un médicament délivré uniquement sur ordonnance. Il ne doit pas être utilisé par les enfants.

Mysimba

Les principes actifs du Mysimba sont le chlorhydrate de naltrexone et le chlorhydrate de bypropion. En association avec un régime hypocalorique et de l’exercice physique régulier, le Mysimba peut vous aider à perdre du poids. On prescrit ce médicament à partir d’un IMC de 30, ou lorsque l’IMC se trouve entre 27 et 30 et que la personne présente d’autres problèmes de santé en lien avec l’obésité (p.ex. le diabète de type 2 ou l’hypertension artérielle). Le Mysimba agit sur les régions du cerveau qui se chargent de la sensation de faim et de la consommation énergétique du corps. Par conséquent, le Mysimba agit sur votre poids de deux façons: vous consommez moins de calories et les calories que vous absorbez sont plus rapidement brûlées. Le Mysimba est un comprimé que l’on ingère avec beaucoup d’eau. Au cours du traitement, on augmente progressivement la dose. La première semaine, vous prenez un comprimé par jour le matin. Au cours de la deuxième semaine, vous prenez un comprimé par jour, matin et soir. La troisième semaine, on augmente le dosage encore: deux comprimés le matin et un le soir. Au cours de la quatrième semaine (et après), vous prenez 2 comprimés le matin et le soir (soit 4 par jour).

Un IMC sain : un objectif réalisable

Certaines personnes en surpoids se pensent incapables de perdre du poids. Mais en adoptant quelques changements dans son mode de vie, on peut vraiment y arriver. Faire un peu plus de sport, manger de façon plus équilibrée – ce sont les choses incontournables. Mais parfois, il faut ce petit coup de pouce supplémentaire. Avec les médicaments dont il est question ici, vous aussi pouvez atteindre (rapidement) un poids santé.
CategoriesMST / IST

Les verrues génitales: qu’est-ce que c’est et comment s’en débarrasser ?

Les verrues génitales font partie des maladies sexuellement transmissibles (MST) et sont faciles à reconnaître en raison des verrues qui se développent autour de l’anus et/ou des organes génitaux. Ces verrues sont également appelées des « condylomes » ou condylomes acuminés, ou encore des « crêtes de coq ». Les condylomes sont transmises sexuellement et sont causées par le papillomavirus humain (HPV). Aux Pays-Bas, environ 25 000 personnes sont infectées chaque année Malheureusement, les verrues génitales ont une période d’incubation d’une semaine à un an et sont extrêmement contagieuses. Par conséquent, une personne peut être porteur sans le savoir et infecter d’autres personnes. Pour cela, les rapports sexuels ne sont même pas nécessaires, puisque la transmission de l’HPV peut aussi se faire par une simple poignée de main. Selon les experts, 80 % des Néerlandais sont porteurs (et donc potentiellement vecteurs) du papillomavirus. Heureusement, pas tous les porteurs développent des condylomes.

Bénin, mais gênant

Ces verrues, comme les verrues classiques (vulgaires), sont bénignes. Elles ne sont pas dangereuses d’un point de vue sanitaire. Pourtant, elles sont gênantes. Contrairement aux verrues vulgaires, les verrues génitales ne disparaissent pas spontanément. Les condylomes sont très tenaces. Le médecin généraliste peut facilement diagnostiquer les verrues génitales et proposer un traitement. Ce traitement permet de contrôler et d’éradiquer les verrues, mais ne les guérit pas de façon permanente. Les condylomes peuvent réapparaître, bien qu’un traitement de deux ans permette généralement de s’en débarrasser.

Peut-on prévenir les verrues génitales ?

Dans 90% des cas, les verrues génitales sont causées par les HPV de type 6 et 11. Aux Pays-Bas, on propose à toutes les filles de 13 ans un vaccin contre le papillomavirus. Le vaccin utilisé, le Cervarix, cible les HPV de type 16 et 18, ce qui permet de prévenir le cancer du col de l’utérus, mais semble également efficace contre les condylomes. Il existe un deuxième vaccin, le Gardasil, qui agit contre un grand nombre de souches du papillomavirus humain. Non seulement les HPV16 et 18, mais aussi les types 6 et 11. Ce vaccin permet donc aussi de prévenir les condylomes. Cependant, le vaccin ne donne pas une protection absolue. Des études menées en Angleterre et au Danemark ont montré que la vaccination entraîne une nette diminution de l’incidence des verrues génitales, mais qu’une prévention complète de cette MST n’est toujours pas possible.L’étude danoise conclut : ‘L’importante et très significative réduction de l’incidence des verrues génitales chez les filles vaccinées témoigne d’un effet précoce et à l’échelle de la population du programme national de vaccination contre le HPV et suggère potentiellement un effet similaire sur le cancer du col de l’utérus.’ Aux Pays-Bas, on se penche actuellement sur la question de savoir si la vaccination contre le HPV devrait être proposée systématiquement aux garçons aussi. La vaccination volontaire contre le HPV est possible, y compris à l’âge adulte.

Que faire en cas de verrues génitales ?

Si vous présentez, ou si vous pensez présenter, des verrues génitales, consultez toujours votre médecin traitant. Suivez scrupuleusement le traitement prescrit. Soyez transparent à l’égard de votre partenaire (sexuel), même si vous utilisez un préservatif. Un préservatif n’offre pas une protection à 100 % contre l’infection à HPV. L’auto-contamination est également possible, ce qui complique davantage les choses. D’un point de vue médical, l’abstinence sexuelle est préférable. En sortant des toilettes, lavez-vous toujours bien les mains, sinon vous risquez de transmettre le papillomavirus par voie manuportée.

Traitements des verrues génitales

Différents traitements existent contre les verrues génitales. Certains médicaments stimulent le système immunitaire, d’autres contiennent un agent cytotoxique (qui tue les cellules). Parmi les médicaments bien connus contre les verrues génitales, citons Aldara, Wartec et Condyline. Ces médicaments peuvent être pris uniquement sur avis de votre médecin généraliste, surtout si vous présentez d’autres problèmes de santé. Certains traitements ou soins sont réservés aux médecins, tels que le médecin généraliste ou le vénérologue (spécialiste des MST). Par exemple, pensez à brûler les verrues génitales avec un acide, au laser CO2 ou par cryothérapie. Ces traitements sont très efficaces, mais aussi très douloureux. Dans les cas sévères, on opte parfois pour une intervention chirurgicale. Tous les traitements ne doivent pas nécessairement être effectués dans un centre clinique des MST ou chez le médecin. Il existe un certain nombre de remèdes que l’on peut utiliser à domicile, en concertation avec le médecin généraliste.

Aldara

L’Aldara est une crème (à usage topique) qui stimule les défenses immunitaires du corps et l’aide à produire naturellement des anticorps qui attaquent les verrues génitales. Ce médicament contient le principe actif imiquimod. Il contient également de l’acide sostéarique, de l’alcool benzylique, de l’alcool cétylique, de l’alcool stéarylique, de la paraffine blanche douce, du polysorbate 60, du stéarate de sorbitan, du glycérol, de l’hydroxybenzoate de méthyle (E218), de l’hydroxybenzoate de propyle (E216), de la gomme de xanthane et de l’eau purifiée. Si à côté des condylomes, vous êtes porteur du VIH, l’Aldara est moins efficace. Parlez-en toujours avec votre médecin. En cas de rapport sexuel, il est important d’appliquer la crème après le rapport. La crème pourra affecter l’efficacité des préservatifs. L’Aldara ne permet pas non plus de prévenir la transmission des verrues génitales.

Condyline

La condyline est une substance qu’il faut appliquer de façon très précise au niveau des verrues génitales, à l’aide d’un fin bâtonnet en plastique. Le produit contient de la podophyllotoxine, un agent cytotoxique qui tue les cellules des condylomes. Il contient également de l’acide lactique, du lactate de sodium et de l’alcool. Après application, il faut laisser le temps au produit d’agir. Ainsi, la condyline ne se répand pas et n’affecte pas la peau saine, où elle peut fortement irriter la peau ou même provoquer des ulcères.En appliquant de la vaseline, de la pommade au zinc ou une autre crème neutre sur la peau saine adjacente, vous la protégez des irritations potentielles.

Wartec

Comme la Condyline, le Wartec a comme principe actif la Podophyllotoxine. Il s’agit d’une crème blanche onctueuse qui doit être appliquée matin et soir (avec un intervalle de 12 heures). Le Wartec est appliqué pendant trois jours consécutifs, suivi d’une période de repos de quatre jours. Pendant ce délai, aucun autre produit contre les verrues génitales ne peut être utilisé. Une cure de Wartec prend donc 7 jours au total. Après le deuxième ou troisième jour, le produit commencera à avoir effet. Dans la zone traitée, une légère irritation sera ressentie. Soyez prudent avec la peau saineadjacente, car le Wartec peut provoquer des irritations et des réactions cutanées. Les condylomes n’auront pas toujours disparu après la première semaine/cure. On peut dans ce cas répéter le traitement. Dans la deuxième cure aussi, le Wartec est appliqué sur les verrues génitales pendant les trois premiers jours (matin et soir), suivi d’une pause de quatre jours.

Soyez prudent en associant différents traitements

Vous prenez d’autres médicaments? Consultez alors toujours un médecin. N’associez jamais le Wartec et la Condyline. Ces médicaments contiennent le même principe actif et ne peuvent donc pas être utilisés simultanément.
CategoriesMaladies dermatologiques

Le zona : Qu’est-ce que c’est et comment s’en débarrasser ?

Chaque année encore, de nombreux enfants contractent la varicelle ; presque tous les enfants sont touchés à un moment ou à un autre. Mais ce n’est pas si grave que ça, car la varicelle est relativement innocente et une fois qu’on l’a eue, on ne peut pas l’attraper une deuxième fois. Cependant, lorsqu’un enfant a été touché par la varicelle, il peut tomber malade à nouveau, plus tard. Le virus peut se loger dans la peau (il est alors dit ‘latent’), sans qu’on s’en rende compte. La maladie qu’on peut attraper à cause de cela est le zona. Dans cet article, vous pouvez lire tout ce que vous devez savoir sur le zona. Qu’est-ce que le zona ? Comment l’attrape-t-on ? Et surtout, que faire pour s’en débarrasser ?

Qu’est-ce que le zona ?

Commençons donc par le début. Qu’est-ce que le zona ? Le zona est une infection virale qui peut causer une éruption cutanée douloureuse. Bien que le zona puisse se produire n’importe où sur le corps, il se présente habituellement sous la forme d’une simple bande de cloques ou de vésicules qui se forment en hémi-ceinture du côté gauche ou droit de la taille. Parfois, le zona peut se manifester autour d’un œil ou sur un côté du cou ou du visage. La particularité de cette affection cutanée est qu’elle se limite à un seul côté du corps, ce qui permet de la reconnaître plus facilement. Vous pouvez bien sûr contacter votre médecin ou une Clinique des MST si vous voulez avoir la certitude qu’il s’agit bien d’un zona.

Qu’est-ce qui cause le zona ?

Le zona est causé par le virus de la varicelle et du zona. Le virus varicelle-zona (VZV) fait partie d’un groupe de virus appelés les herpèsvirus, ce sont ces mêmes virus qui sont responsables des boutons de fièvre ou de la varicelle. Le virus qui cause la varicelle et le zona n’est pas exactement le même que celui qui cause l’herpès génital, ce dernier étant une maladie vénérienne sexuellement transmissible que l’on contracte lors de rapports sexuels.

L’infection dans le corps

Après avoir eu la varicelle, le VZV se loge dans le tissu nerveux au niveau de la moelle épinière et du cerveau. Cependant, le virus reste inactif ou latent, ce qui veut dire qu’on ne le remarque pas du tout (cela ne provoque aucun symptôme ou souci de santé). Plusieurs années après, le virus peut tout à coup redevenir actif et déclencher le zona. Cependant, toutes les personnes qui ont eu la varicelle ne souffrent pas du zona. La cause du zona n’est pas encore très claire. Il est possible que le zona soit causé par un système immunitaire affaibli par le vieillissement. Le zona est d’ailleurs plus fréquent chez les personnes âgées et chez les personnes dont le système immunitaire est déjà fragile de base, par exemple par le diabète, la prise chronique de cortisone, l’infection par le VIH, le cancer, … Bien qu’il ne s’agisse pas d’une affection mettant la vie en danger, le zona peut être très douloureux. Mais heureusement, nous sommes en mesure de vous proposer un médicament qui vous aidera à vous débarrasser rapidement du zona.

Les symptômes du zona

Les symptômes du zona ne sont souvent ressentis que sur une petite zone du corps. Les symptômes sont les suivants:
  • Douleur, sensation de brûlure ou picotements au niveau de l’éruption cutanée (pouvant arriver avant l’apparition des vésicules)
  • Sensibilité de la peau au toucher
  • Eruption cutanée rouge, persistante
  • Des vésicules humides qui peuvent s’ouvrir et qui provoquent la formation de croûtes
  • Prurit (démangeaison de la peau)
La douleur est habituellement le premier symptôme qui se produit, et pour certains, cette douleur peut être très intense. Selon la localisation de la douleur, on peut parfois la confondre avec des plaintes pulmonaires ou cardiaques. Certaines personnes souffrent de douleurs sans jamais vraiment présenter d’éruption cutanée, ce qui complique évidemment le diagnostic. Dans ce cas-là, il est toujours recommandé de s’adresser à un médecin généraliste ou à un spécialiste. En cas de douleur et vésicules autour de l’œil et au niveau du visage, il faut également consulter un médecin rapidement.

Lá solution pour le zona

On peut choisir d’aller voir son médecin traitant pour que celui-ci vous prescrive une pommade, mais il y a une alternative bien meilleure. Il existe plusieurs remèdes que vous pouvez acheter sur Internet. Vous n’avez donc plus besoin de consulter un médecin. Pour beaucoup de gens ceci est très pratique, car ils ne se sentent pas toujours très à l’aise au cabinet du médecin. Les deux médicaments les plus connus pour le traitement du zona sont actuellement le Famciclovir et le Zovirax. Pour vous faciliter la tâche, nous décrivons brièvement ces médicaments ci-dessous, histoire que vous sachiez à quoi vous attendre :
    • Famciclovir – Le Famciclovir est considéré un bon médicament pour la lutte contre les herpèsvirus. Comme vous avez pu le lire, le zona fait partie des infections causées par les herpèsvirus, ce qui fait du Famciclovir un excellent moyen de les traiter. Il est particulièrement indiqué pour les personnes qui souffrent d’un déficit de leur système immunitaire. Si ce produit est appliqué tôt, vous pouvez guérir le zona dans les meilleurs délais.
    • Zovirax – Le Zovirax est le deuxième traitement contre le zona. Il est indiqué pour la quasi-totalité des infections causées par le virus de l’herpès. Outre le traitement du zona, il convient également pour le traitement des boutons de fièvre. Vous pouvez obtenir ce produit sous forme de comprimés, mais il existe également sous forme de comprimé effervescent ou sous forme de pommade. Cela vous permet de vous servir du produit comme vous le souhaitez.
Le zona est une affection particulièrement désagréable. Toutefois, il n’est pas impossible de s’en débarrasser. Grâce à un certain nombre de médicaments que vous pouvez obtenir ici – sans avoir besoin d’une ordonnance – il est au contraire assez facile de traiter le zona. Si vous souffrez de symptômes très graves, nous vous conseillons toujours de contacter un médecin le plus rapidement possible. Par exemple, quand vous présentez des symptômes pouvant évoquer une grippe grave ou une crise de migraine sévère. Heureusement, cela n’arrive que très rarement. Il y a donc de fortes chances que vous puissiez vous débarrasser aisément de votre zona, grâce à ces traitements.
CategoriesMode de vie

Arrêter de fumer…. une décision mûrement réfléchie !

Tous les fumeurs ont probablement déjà pensé à arrêter de fumer. Et il est également évident que tous les fumeurs, à un moment donné de leur vie, ont fait une tentative d’arrêt. Ce qui, en tout cas, est un fait certain, c’est que tous les fumeurs ont un jour fait le choix conscient de commencer à fumer. Parce que personne n’aime véritablement une première cigarette (roulée par soi-même ou non) ou un premier cigare.

Décider de commencer et décider d’arrêter

Selon toute vraisemblance, la première bouffée a probablement été accompagnée d’une quinte de toux. Vous avez dû vous habituer au goût du tabac et à la sensation qui vous envahit dès que vous inhalez la fumée. Bref, une fois dans votre vie, vous avez fait le choix conscient de fumer. Et maintenant, le moment est peut-être venu d’arrêter. Peut-être vous y pensez depuis un certain temps et vous commencez à réfléchir à la bonne approche et/ou aux outils qui pourraient vous aider dans votre tentative d’arrêt du tabac. Dans l’ensemble, la décision d’arrêter de fumer ne tombe pas du ciel spontanément. C’est une décision mûrement réfléchie….

Les raisons d’arrêter

Il y a énormément de raisons qui peuvent vous faire décider d’arrêter de fumer, les effets positifs sur la santé étant l’une des plus importantes. Cependant, il semble que cet avantage non négligeable à lui seul ne suffit souvent pas pour laisser tomber la cigarette.

Arrêter pour les bénéfices sur la santé

Les bénéfices acquis en termes de santé lorsque vous cessez de fumer ne sont vraiment pas négligeables. Chaque fumeur sait que c’est mauvais et même dangereux pour le corps, mais êtes-vous aussi au courant des risques suivants…. Le fait de fumer réduit le taux de bon cholestérol (HDL). Le rapport entre le mauvais et le bon cholestérol en est perturbé et cela accroit le risque de maladie cardiovasculaire. Le tabagisme a un effet négatif sur la capacité inhérente au corps à guérir ses blessures. Fumer rend les gencives plus molles et moins irriguées par la circulation sanguine, ce qui facilite l’apparition de caries et de problèmes de gencives. Cela peut causer des dommages irréparables aux dents et même aller jusqu’à les perdre. Fumer rend la peau terne et en extrait l’humidité, ce qui provoque l’apparition de rides. De cette façon, le tabagisme a non seulement un effet négatif direct, mais aussi toujours indirect sur la santé globale. Et pourtant ce n’est, pour beaucoup, pas suffisant pour décider d’arrêter.

Arrêter pour d’autres raisons

« Heureusement », il y a encore beaucoup d’autres raisons pour lesquelles vous pourriez décider d’arrêter. De ce fait, il est essentiel de déterminer pour vous-même quelle raison d’arrêter vous motive le plus. Car ce qui est une raison valable pour l’un est peut-être totalement dénué d’importance pour l’autre. D’autres raisons (possibles) d’arrêter de fumer sont :
  • Le fait de fumer coûte beaucoup d’argent et deviendra de plus en plus cher à l’avenir.
  • Le fait de fumer est mauvais pour votre environnement et les personnes qui s’y trouvent.
  • Le fait de fumer sent mauvais (vos vêtements, votre haleine, l’endroit où vous fumez, le tabac lui-même).
  • Le fait de fumer est une habitude de plus en plus considérée comme socialement indésirable/inacceptable.
  • Une dépendance (n’importe laquelle) restreint votre liberté personnelle.
  • L’habitude de fumer est un mauvais exemple pour la génération suivante.

La décision d’arrêter de fumer

La décision finale d’arrêter de fumer est personnelle et personne ne peut vous y contraindre. Personne ne peut prendre cette décision pour vous. Toute tentative d’arrêt que vous-même ne soutenez pas à 100% est vouée à l’échec. Arrêter de fumer exige de la préparation, de la planification et de la motivation. Pour vous préparer, vous pouvez explorer les moyens et/ou les méthodes qui peuvent vous aider dans votre tentative d’abandon du tabac. Parce qu’il y a différentes formes de soutien. Même via votre assurance maladie. Et parfois, même les employeurs sont prêts à contribuer à l’amélioration de votre style de vie. Planifier votre intention d’arrêter de fumer est une étape toute aussi importante. Si vous remarquez déjà qu’une période stressante va arriver, ou si vous faites face à un horaire chargé avec de nombreuses obligations sociales, ce n’est probablement pas la période la plus propice pour arrêter. Bien sûr, votre motivation est la chose la plus importante. Tant que vous pouvez vous remémorer à tout moment l’importance des raisons qui vous poussent à arrêter, vous resterez motivé à vous abstenir de fumer.

Des outils qui vous aident à arrêter de fumer

Plusieurs moyens peuvent vous apporter un soutien. Vous pouvez par exemple réprimer vos besoins corporels en nicotine en utilisant des chewing-gums à la nicotine ou des patchs de nicotine. Ainsi vous ressentirez moins d’inconfort lorsque vous priverez votre corps de nicotine.

Des médicaments qui aident à arrêter

Si l’utilisation de substituts nicotiniques n’est pas suffisante, votre médecin traitant peut vous prescrire des médicaments qui peuvent aider à aboutir au succès de votre tentative d’arrêt. Champix Le principe actif de Champix est la ‘Varénicline’. Cette substance réprime votre envie de cigarette. De plus, ce produit fait en sorte que vous n’apprécierez pas votre cigarette si vous fumez quand même pendant son utilisation. Cela a donc un double effet. Champix a été spécialement conçu pour vous aider à vous débarrasser de votre dépendance à la nicotine. Zyban Le Zyban contient du ‘Bupropion’ comme principe actif. Celui-ci a un effet antidépresseur. Le Zyban est donc également utilisé en tant qu’antidépresseur. Il vous aide à contrôler et/ou supprimer l’anxiété et le manque qui apparaissent lorsque vous arrêtez. Aussi bien avec Champix qu’avec Zyban, il faut commencer la médication avant-même  d’arrêter de fumer. Environ une à deux semaines. La durée du traitement est comprise entre 12 et au maximum 24 semaines pour le Champix et 7 à 9 semaines pour le Zyban. Il convient également que vous  utilisiez ces deux médicaments de préférence en combinaison avec un plan de traitement que vous avez établi avec votre médecin.

Les thérapies d’arrêt

Bien sûr, il existe aussi des thérapies qui peuvent vous aider. L’hypnothérapie, la thérapie au laser, la thérapie cognitivo-comportementale et d’autres thérapies, qui ont été mises en place avec succès pour d’autres addictions. Certaines de ces thérapies peuvent être (partiellement) remboursées via un module supplémentaire de l’assurance maladie. Le choix des dispositifs que vous voulez utiliser pour vous débarrasser de votre dépendance au tabac, et si vous voulez y avoir recours ou non, dépend évidemment entièrement de votre propre préférence. Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas que fumer engendre une véritable dépendance et qu’il est souvent plus difficile de se débarrasser de certaines habitudes que d’apprendre un certain comportement. Il peut donc être utile de remplacer le tabagisme par une autre activité. De préférence quelque chose de moins nocif. Enfin, ce n’est pas une faiblesse que d’utiliser des substituts nicotiniques, des médicaments ou des thérapies pour soutenir votre tentative d’arrêt. Vous ne devez pas non plus avoir honte si vous ne parvenez pas directement à arrêter et que vous rechutez. Chaque jour, vous pouvez à nouveau décider d’arrêter. Et la seule façon d’arrêter définitivement de fumer est de ne plus en allumer une seule…
CategoriesSexualité

L’éjaculation précoce : un problème gênant et frustrant

L’éjaculation précoce n’est pas un sujet dont les hommes aiment beaucoup parler. La dysfonction érectile est bien évidemment un problème encore plus gênant ; dans ce cas-là, il n’y a souvent pas de rapports sexuels possibles, ou très difficilement. Le deuxième trouble sexuel majeur chez les hommes est l’éjaculation précoce. Les hommes qui en font régulièrement l’expérience ont honte d’eux-mêmes : cela n’a pas l’air très masculin si vous ne semblez pas capable d’avoir de longs rapports sexuels et que votre érection disparaît trop rapidement. Pour leurs partenaires sexuels, c’est ennuyeux et frustrant également : elles attendent avec impatience de faire l’amour et à cause de l’éjaculation précoce, elles peuvent se sentir inappréciées sous les draps. Certaines femmes peuvent penser que c’est de leur faute et commencent à douter d’elles-mêmes et de leur attractivité. Les deux parties peuvent perdre confiance en eux.

L’éjaculation précoce chez un nouveau partenaire

Si vous avez un nouveau partenaire (sexuel), le fait de jouir trop tôt n’est pas si grave que ça. La tension joue un rôle important à cet égard. Vous ne vous connaissez pas encore très bien. Il ou elle attend quelque chose de vous (ou en tout cas, c’est ce que vous croyez). En plus, vous voulez être un bon coup au lit, pour qu’elle vous voie comme un vrai homme. Peut-être que l’excitation est plus grande que d’habitude parce que tout cela est encore très nouveau. Puis, vous ne connaissez pas encore (ou pas très bien) le corps de l’autre. Les odeurs jouent également un rôle. Bref : divers aspects poussent votre excitation vers de nouveaux sommets – votre corps plein d’hormones. Vous vous mettez trop la pression. Dans le sport, cela peut justement donner une baisse de performance et malheureusement, parfois au lit aussi. Dans ce contexte, ça peut arriver : avant que vous ne vous en rendiez compte, votre corps ne le tient plus et vous jouissez déjà. Très embêtant, mais il y a de fortes chances que cela ne se produise qu’une seule fois (ou au maximum quelques fois), surtout si votre partenaire est compréhensif. Plus tard, vous en rirez !

L’éjaculation précoce dans une relation de longue durée

Cependant, c’est autre chose si cela vous arrive régulièrement avec votre partenaire de plus longue date. Une partie de votre relation (et pas la moins importante !) est votre relation sexuelle. Pour de nombreuses personnes, le sexe est un élément important de l’intimité au sein d’une relation. Si le sexe n’est pas bon, pour un des partenaires ou pour les deux, cela peut avoir des conséquences majeures sur le reste de votre relation. Surtout si c’est un sujet qui n’est pas vraiment abordé, ce qui sera souvent le cas. Les choses peuvent alors aller de mal en pis. En tant qu’homme, on est énervé quand on ne peut pas contrôler le timing de notre éjaculation. De plus, il se peut que votre partenaire ne sache plus comment se comporter au lit, ce qu’elle peut et ne peut pas faire. Pour elle, le plaisir peut être bien moindre à un moment donné. Et aussi parce qu’elle ne sera peut-être plus capable de prendre pied, lorsque de votre côté, la fête est finie tôt.

Les solutions possibles

Evidemment, il est possible et parfois même conseillé de faire rechercher la cause. Mais l’idée de devoir en parler avec le médecin de famille et ensuite avec un spécialiste, n’est pas forcément séduisante pour tous les hommes. Une intervention médicale (si celle-là serait possible) ne vous enthousiasme probablement pas non plus. Heureusement, il existe d’autres possibilités pour prévenir une éjaculation précoce ou du moins réduire les chances d’en avoir. Nous en aborderons deux ici.

La Crème Anesthésiante Emla

Emla a mis au point une crème qui a un effet anesthésique local, légèrement anesthésiant. L’action de la pommade anesthésique vient du fait que l’homme l’applique sur le gland du pénis. Cela le rend un peu moins sensible aux stimuli sexuels, de sorte qu’il y a moins de raisons d’être très excité. Emla contient deux composants anesthésiants, la lidocaïne et la prilocaïne, qui contribuent de différentes façons à l’anesthésie légère. Cela permet donc de retarder l’éjaculation, ce qui est agréable pour l’homme : il reprend le contrôle sur le timing de l’éjaculation. La recherche a également montré à quel point l’effet est bénéfique pour leurs partenaires : le nombre de femmes atteignant l’orgasme augmente énormément avec l’utilisation de la crème Emla. Voulez-vous utiliser la crème anesthésiante d’Emla ? Gardez à l’esprit que la crème a besoin d’un certain temps pour agir, environ cinq à dix minutes. Pour que le produit fasse son travail correctement, il est recommandé de ne pas avoir de rapport sexuel pendant 15 minutes. Il faut donc un peu de préparation et de patience, mais l’effet en vaut la peine ! Des rapports sexuels de plus longue durée et insoucieux, avec une éjaculation plus tardive en sont le résultat.

L’effet inhibiteur des pilules Priligy

Priligy (dapoxétine) est un médicament qui appartient à la classe des médicaments ISRS et qui inhibe l’action de la sérotonine. La sérotonine transmet des signaux au cerveau pour lui signaler ce qui doit être fait, par exemple quand exactement l’éjaculation doit avoir lieu. Priligy, en ayant un effet inhibiteur sur la sérotonine, ralentit donc logiquement l’éjaculation ; le signal vient tout simplement plus tard. Le résultat : l’homme peut faire l’amour plus longtemps, et la femme pourra profiter plus longtemps également. La recherche a montré que Priligy fonctionne bien chez pas moins de deux tiers des utilisateurs masculins. Ils peuvent avoir des rapports sexuels qui durent jusqu’à trois fois plus longtemps que sans la prise de ce médicament. Ce sont de bons résultats. Priligy est disponible en doses de 30 mg et 60 mg. Comme il s’agit d’un médicament, il est bien sûr conseillé d’utiliser d’abord la forme la plus légère. Cela donnera probablement déjà une nette amélioration. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez toujours passer à la dose plus importante de 60mg. Un inconvénient de Priligy est que vous devez le prendre une à trois heures à l’avance pour obtenir l’effet désiré. Cela signifie donc qu’il faudra plus planifier les moments de rapports sexuels. Bien que cela soit un inconvénient, le plaisir à long terme d’avoir des rapports sexuels et le fait de devoir faire face moins souvent à une éjaculation précoce frustrante, l’emportent largement sur ce désavantage.
Add to cart